Vivre à Istanbul

Par Joan Caillon le 13-04-2016 0 commentaires | 805 vues

Aujourd’hui j’aimerais vous parler de la ville qui m’a accueillie 6 mois durant, dans le cadre d’un échange Erasmus. Si le climat actuel en Turquie a connu des jours meilleurs, Istanbul n’a en rien perdu de son authenticité, et c’est une des villes ou j’ai pris le plus plaisir à habiter. Le premier superlatif qui pourrait qualifier l’ancien Constantinople est sans aucun doute : énormissime. Quelques 15 millions de personnes y vivent, et il faudrait des mois pour faire le tour de la mégalopole.   

A mi-chemin entre occidental et oriental
On pourrait penser que la vie doit y être pire qu’à Paris, mais le concept de vie y est complètement différent. Malgré les attentats à répétition, on s’y sent en sécurité. La religion y est peut-être pour quelque chose, mais vous trouverez toujours une bonne âme pour vous aider. Une petite anecdote pour le prouver : le jour de mon arrivée, je me suis perdu durant plus de 7h dans les rues d’Istanbul, avec mes énormes valises. J’étais assis sur un banc, la nuit tombait, lorsqu’un vieux monsieur qui par le plus grand des hasards avait quelques notions de français s’est arrêté à ma hauteur et m’a proposé son aide. Le vieil homme m’a emmené jusqu’au bus adéquat, m’a payé le bus et m’a accompagné une heure durant jusqu’à mon auberge de jeunesse, puis a repris sa route, sans rien demander.   

Même la nuit, on ne se sent pas menacé lorsqu’on rentre seul d’une soirée. Pour cet aspect, les stambouliotes n’ont pas ce côté individualiste des occidentaux. Ce qui nous ressemble en tout point, ce sont les magasins et grandes chaînes de restauration, que l’on trouve à tous les coins de rue ; pas de dépaysement de ce côté-là. 

Mais si vous voulez vraiment observer la scission, il vous suffit de passer d’une rive du Bosphore à l’autre. Les rives s’appellent d’ailleurs rive occidentale et rive asiatique. La rive occidentale ressemble beaucoup à nos villes européennes, toujours en mouvement, même style vestimentaire, on fait tout plus vite, on mange n’importe quand et surtout n’importe quoi. Lorsqu’on passe sur la rive asiatique, on change de monde ; on a gardé le style de vie très traditionnel, mieux vaut ne pas s’y promener en short ou jupe courte, les voiles et burkas y sont omniprésents. On y prend plus le temps de faire les choses, et on ne s’y sent pas stigmatisé pour autant. Les habitants sont d’autant plus généreux, et il n’est pas rare qu’on vous invite à partager un thé ou un repas dans l’arrière-cuisine d’un vieux monsieur. Mais n’abusez pas des tripes de moutons, votre estomac vous le fera payer !

Surprises surprises !
Une des particularités d’Istanbul, c’est que tous les meilleurs restaurants, boîtes, magasins, friperies etc. sont cachés. Vous pourrez trouver un bar dansant sur le toit d’un immeuble à 5 étages sans que rien ne l’indique, ou un café logé entre deux ruelles perdues. L’essentiel est de vite se faire des amis turcs pour vraiment découvrir la ville, celle qui n’est pas dans le guide du routard. L’autre point positif, c’est que tous ces petits endroits cachés peuvent se trouver à deux pas de chez vous. En général, vous pouvez trouver votre bonheur à moins de 100 mètres de chez vous à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit, quoique vous recherchiez. 

O Istanbul
Que dire devant cette architecture incroyable ? Istanbul vous régale tous les jours avec ses grandes mosquées colorées, ses palais royaux et leurs jardins magnifiques, mais aussi avec son style alimentaire ; très gras certes, mais si vous êtes amateur de kebabs, vous ne pouvez pas clamer en avoir mangé un bon avant d’être passé par Istanbul. Enfin, dernière chose que j’ai adoré et qui me manque terriblement : les appels à la prière du Muezzin. J’ai beau être athée, on ne peut nier que ces chants sont d’une beauté incomparable avec le triste son de cloches de nos églises.   

Si jamais vous avez pour projet de faire une escale dans cette ville, et que vous voulez en savoir un peu plus, découvrir quelques bons plans, je vous conseille d’aller faire un tour sur mon blog, ou je conte mes aventures plus en détail. 

A bon entendeur, Salut. 

 
Joan Caillon, 20 ans
Etudiant en 3ème année d’Information et Communication
Rennes

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à poster un commentaire

Postez votre commentaire