Le début de l'autonomie : la colocation ?

Par Joan Caillon le 16-03-2016 0 commentaires | 432 vues

Se lancer dans des études post-bac signifie souvent s’éloigner de sa ville d’origine, et donc trouver un logement plus proche de son lieu d’étude. Financièrement, ce sont des coûts importants, surtout si vous prenez un logement individuel. La colocation est le type de logement idéal pour amoindrir ces coûts, et présente de nombreux autres avantages.

Objectif économie
Le 1er point fort de la colocation, c’est l’aspect financier ; les frais généraux sont divisés par le nombre de colocataires : Internet, le loyer (sauf bail individuel), la taxe d’habitation. Mais vous pouvez faire plus que ça, dans deux de mes quatre dernières colocations, nous avions mis en place un système de partage des frais d’alimentation. C’est une question de confiance et d’honnêteté, mais s’il est bien utilisé, ce système peut vous faire économiser plus de 50 euros par mois. Je m’explique : sur un tableau Excel, une colonne pour chaque nom de colocataire, une ligne pour chaque jour du mois, et ces lignes divisées en 3, pour chaque repas de la journée. A chaque repas pris à l’appartement, une croix sur la case adéquate. On s’arrange pour savoir qui avance les courses chaque fois, et on le rembourse à la fin du mois. Attention, cela implique le fait d’aller faire ses courses entre colocataires, et que l’un puisse avancer les courses sans terminer la fin du mois avec 300 euros de découvert. Pour ma part, dans une colocation à trois, nous arrivions en moyenne à 70 euros de courses pour une semaine et demie, je peux vous assurer que votre compte en banque vous remerciera !

S’intégrer/se créer un réseau
Hormis à Istanbul, où le contexte était particulier, mes anciennes, tout comme mon actuelle colocation ont été d’excellentes expériences. Les rencontres avec des personnes qui viennent le plus souvent d’autres horizons sont le meilleur moyen pour se créer un nouveau réseau et des pieds-à-terre pour la suite. Un ami d’Angers, de Lyon, de Quimper, de Montpellier, et vous pouvez loger gratuitement partout en France. Pour peu que vous vous entendiez bien avec eux, ils vous présenteront leurs amis, des personnes qui pourraient jouer un rôle dans un avenir proche. Ma première colocation m’a permis de rencontrer de grands journalistes et de partir faire de l’humanitaire au Bénin, celle d’Istanbul m’a permis de comprendre plus facilement le mode de vie Turc, et de rencontrer de formidables personnes. Et puis, sans se mentir, c’est toujours agréable de trouver une oreille à qui se plaindre en rentrant d’une longue journée de cours, ou après avoir été saqué par un prof. 

La colocation entre potes
Personnellement, je n’en ai jamais fait, mais après avoir pu en observer de près, je vous mets en garde. Je m’adresse surtout aux premières années : on sort du lycée, on part vers l’inconnu, et le fait d’avoir un repère dans cette ville est alléchant. Seulement, la faculté, BTS, DUT etc., c’est aussi plus de possibilités pour sortir, une assiduité aux cours qui est beaucoup moins contrôlée, et personne ne viendra vous obliger à faire votre travail. Si vous vous savez sérieux avec votre ami, que vous savez faire la part des choses entre fête et cours, travail et rire, alors foncez. Si vous avez un doute, réfléchissez avant de vous lancer, on compte par centaines les étudiants qui abandonnent en première année parce que « la flemme », « pas intéressant », « gueule de bois le mardi matin »… Il est toujours plus intéressant de rencontrer de nouvelles personnes, on agrandit son réseau, et ça forge une autonomie et un sens des responsabilités qu’on acquiert seulement en trouvant seul la solution à ses problèmes. 

N’ayez pas peur de l’inconnu, rares sont les colocations qui se passent mal, et il n’est jamais trop tard pour changer. C’est un poids en moins financièrement pour vous et vos parents, et une expérience qui fait grandir. N’hésitez pas à aller faire un tour sur LeBonCoin.fr, beaucoup d’annonces intéressantes y sont postées. Bonne recherche !

Joan Caillon, 20 ans
Etudiant en 3ème année d’Information et Communication
Rennes


Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à poster un commentaire

Postez votre commentaire