Job étudiant : être livreur

Par Hugo ANGELINI le 23-05-2016 0 commentaires | 460 vues


Conseils d'un ancien livreur racontant son expérience, les avantages et les inconvénients de ce job

Si vous êtes un étudiant en train de lire cet article, c'est que vous ne devez pas être bien argenté. La plupart d'entre eux sont fauchés et recourent à divers moyens pour arrondir leurs fins de mois (bourses, aides en tout genre, contact etc.).Vous correspondez à ce profil ? Alors sans doute êtes-vous à la recherche d'un travail pour financer vos sorties ou pour payer le loyer qui revient à la charge tous les mois, inlassablement...

Une possibilité qui s'offre à vous est de devenir livreur. Peu importe qu'il s'agisse de pizzas, d' hamburgers ou de sushis, le travail ne change pas en fonction de ce que vous transportez dans votre caisson. Toutefois, si jamais cette proposition s'offre à vous, permettez-moi de vous présenter les bonnes ( et moins bonnes ) choses à savoir sur le sujet.

Tout d'abord comment devenir livreur ? La possession d'un permis AM (ou BSR) s'impose en général dans les exigences de votre employeur. Cependant si vous êtes détenteur du permis voiture depuis au moins deux ans alors tout roule ! Vous avez le droit de conduire un 50cc (modèle universel des scooters de livraisons) en étant dispensé d'une formation. Pour les autres, passer le permis adéquate dans une auto-école vous reviendra à 200-250 euros environ.

Une des premières qualités requises pour être un bon livreur (et un livreur heureux) est la connaissance de son lieu de travail. Étant d'origine niçoise venu à Nantes, je peux vous dire que livrer en terre inconnue demande une adaptation rapide aux structures de la ville. Commencez dès à présent à retenir le nom des rues, elles seront dans votre esprit 80 % du temps de travail. Un plan vous sera fourni afin de vous guider, mais comme vous serez vite rattrapé par le timing, n'hésitez pas à utiliser des applications comme GoogleMaps pour récupérer votre temps perdu, ainsi que pour vous éviter d'avoir à faire à un client mécontent de la durée de son attente, et de sa commande désormais refroidie..

Vous, en revanche, devez avoir du sang froid ! Pour vos premières livraisons, la difficulté que vous éprouvez à trouver votre chemin, conjointe avec la peur de ne pas livrer assez rapidement risque de vous faire paniquer sur votre scooter, d'autant plus dangereusement que vous devez être attentif à ce qui se passe sur la route ! C'est pourquoi, vous ne devez pas hésiter à recourir aux applications déjà nommées, à bien visualiser votre parcours pour deviner votre destination. Ce qui nous amène au point suivant :

Le sens de l'orientation. In-dis-pen-sa-ble pour ce job. Avant de recevoir vos commandes vous pourrez consulter une carte de la ville accrochée dans votre restaurant/fast-food. Si vous avez une bonne mémoire, essayez de retenir tous les noms de rues entre vous et votre client sur le trajet. Sinon, tachez de vous localiser lorsque vous roulerez, sachez-vous situer par rapport au Nord, à l'Est.. Cela vous empêchera de commettre de monstrueux détours ou fausses directions qui risqueraient de vous sucez le peu de temps à votre disposition. Les patrons sont parfois très à cheval sur la vitesse des livraisons.

Les + et les - 


Les joies du climat

En effet, si vous exercer ce travail en été ou en hiver les conditions de livraison peuvent varier ostensiblement !Au mois de juin, les livraisons s'apparentent à d'agréables ballades, où vous vous sentez agile tant vos vêtements sont légers et l'air frais. Vous traversez le vent chaud en vous rappelant lorsque vous étiez petit les fois où vous sortiez la tête de la voiture de vos parents, roulant sur l'autoroute du sud, pour profiter du souffle d'un vent qui semblait vous libérez quelques secondes de la lourde canicule pesante sur votre corps. Vous vous sentez transporté par un long courant d'air.. Oui, livreur est un travail délicieux en été. L'hiver c'est une autre histoire... N'espérez pas survivre sans vous équiper d'une paire de gants rembourrés, d'un cache cou en polaire, de plusieurs couches de vêtements, sans oublier l'indispensable écharpe qui préservera votre corps de la crève. De plus, les intempéries (plus ou moins fréquents selon votre localisation) vous imposera le port d'un pantalon de pluie, coupe-vent de surcroît, qui empêcheront vos fringues d'être trempée au point d'avoir l'impression de vous être plongé, tête bêche, dans une piscine municipale tout corps vêtu. Rassurez-vous, les employeurs ont bien souvent ce type d'équipements à dispositions, afin que les livreurs surmontent l'épreuve d'apporter les commandes au quatre coins de la ville sous une pluie battante. Les soirs de tempêtes, l'envie de démissionner vous traversera l'esprit comme un disque rayé. Mais c'est là de très loin le point le plus négatif du job.

Les avantages personnels

Si vous n'aimez pas vraiment travailler en équipe ou rester enfermé à l'intérieur, livreur est un travail fait pour vous. La majorité de votre temps se passe dehors. Seul sur votre destrier mécanique, vous êtes autonome et indépendant. Ensuite, votre rapport à la clientèle pose la quantité des pourboires qui vous seront octroyés. N'escomptez pas toucher 2 euros en plus par livraison. Vous avez beau présenter le sourire de Jim Carrey ou dégager la sympathie d'un Bourvil, une soirée de livraison n'excède guerre les 5 euros de pourboires ; mais c'est toujours bon à prendre ! En outre, travailler au sein de votre restaurant/fast food vous permettra de jouir de certains avantages, comme les réductions de 50 %, réduisant ainsi une pizza de de 10 à 5euros, ou bien un repas de burgers passant de 30 à 15 euros. C'est votre privilège, et croyez-moi, on s'y laisse prendre facilement ! 


Les conditions de travail 

Livreur est un travail de soirée. Même si vous pourrez être amené à travailler le midi, la plupart de vos soirées seront bouffées par ce job. En général, vous serez amené à endosser votre veste de livreur entre 18h30 et 23h30 voire minuit, rarement au-delà, auquel cas vous serez en droit d'être payé en heures supplémentaires. Évidemment, livreur est un travail dangereux, en ce sens que vous travaillez à l'aide d'un véhicule au sein de la circulation. Soyez donc attentif aux arrêts brutaux, aux bandes blanches, au dépassements mal négociés ; mais rassurez-vous, votre scooter n'ira jamais assez vite pour provoquer un accident trop grave, votre bon sens saura vous éviter les choix les plus risqués, ou même les plus définitifs. La navigation urbaine n'est pas très dangereuse en soi, mais sachez tout de même quoi choisir entre la santé de vos jambes et la chaleur de vos pizzas..

Pour conclure, je vais résumer ce job en quelques idées : dynamique, autonome, stressant mais agréable, épanouissant pour le contact humain… Un livreur c'est avant tout un cavalier seul qui joue contre la montre. Malin, il sait quelle est la bonne attitude à adopter face aux situations les plus diverses. L'inaction ne fait pas partie de son vocabulaire. 

ANGELINI Hugo
19 ans, étudiant en histoire
Nantes


Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à poster un commentaire

Postez votre commentaire