STUDENTJOB
BLOG


​Article

C’est normal de ne pas réussir autant qu’on l’espère.

Par Sander Post le 09-10-2018

auteur-tenant-livre-a-la-main

Il y a six mois, j'ai rencontré un camarade de classe dont je n'avais pas eu de nouvelles depuis des années. À l'époque, nous le voyions comme un escroc mais depuis, sa vie avait complètement changé - Diplômé en médecine, extrêmement riche et habillé en costume. Cette rencontre m'a amenée à réfléchir sur où j’en étais dans ma vie. Cela a conduit à une conclusion surprenante.

Au lycée j'étais en classe avec Sjors. Sjors adorait se battre plutôt que de jouer au football. Il a commencé à fréquenter les mauvaises personnes, venait au cours de sport avec des blessures de couteau et a toujours récupéré ses notes suivi d’un commentaire négatif des professeurs. En partie à cause de ces raisons, je n'ai pas passé beaucoup de temps avec Sjors, et je me suis toujours dit qu’il n’allait pas y arriver. Pendant des années je n'ai pas entendu parler de lui.

Ça s’est passé à Noël dernier alors que j’étais en train de boire ma dernière bière dans un bar. J’ai soudain vu Sjorsj sortir de nulle part, en train de siroter un verre de whisky dans un costume trois pièces. Il venait de terminer ses études en médecine et était en train de célébrer sa remise des diplômes.

Après quelques blagues sur le passé, il s’est avéré que la vie se passait bien pour lui. À l'époque, son colocataire l'avait convaincu que les pièces de monnaie cryptées étaient des conneries. Tout cela pour dire qu’il avait maintenant une maison construite dans l’Ouest d’Amsterdam grâce aux bénéfices perçues de ses bitcoins.

Je me tenais là, devant lui, dans ma tenue de Primark, avec tous mes préjugés …

homme-jouant-avec-argent

Pourquoi cet escroc de Sjors a-t-il plus de succès que moi?

Le bandit Sjors était soudainement devenu un patron couronné de succès. Comment la vie peut-elle être aussi bizarre ? Je n'avais pris ou donné de coup de couteau à personne et je n'avais pas été expulsé de mon école, mais j'étais pour autant au bas de la chaîne alimentaire de mon entreprise avec le faible salaire qui s’ensuit.

Comment pourrais-je, comme Sjors, me faire construire une maison sans avoir à vendre tous mes organes ? En ce qui concerne les crypto-monnaies, j’avais depuis longtemps loupé le coche. J'ai décidé d'explorer différentes options.

Dans ma recherche de réponses, je suis tombé sur le livre Outliers de Malcom Gladwell, qui parle à propos du succès. Pourquoi et comment certaines personnes vivent-elles en marge de la société ? Qu'est-ce qui a fait le succès de Steve Jobs et de Bill Gates?

steve-jobs-et-bill-gates

Beaucoup de dévouement

Bien sûr, les gens qui réussissent sont généralement doués de talent, mais cela ne suffit pas. La persévérance fait la différence. Vous avez probablement entendu parler de la règle des 10 000 heures affirmant que pour devenir bon dans quelque chose, il faut pratiquer cette chose pendant 10 000 heures. C'est aussi la conclusion qui ressort du livre de Malcom Gladwell.

À titre d’exemple: avant que les Beatles ne deviennent célèbres, ils passaient chaque été dans des boîtes de nuit très fréquentées à Hambourg, où ils jouaient des concerts de huit heures d'affilée. Ils ont travaillé de longues journées et nuits pour peu d'argent, et ce pendant des années. Même avec autant de talent que les Beatles, il faut investir des heures et des heures pour atteindre le sommet. Imaginez.

Salaud chanceux !

Bien sûr, il existent beaucoup de personnes talentueuses et persévérantes dont vous n'avez jamais entendu parler et n’entendrez jamais parler. Pourquoi ces personnes restent-elles dans l’ombre ? Ils n'ont ni chance, ni impulsion. Pour vraiment devenir un cas particulier, il faut avoir le temps. Comme Sjors ayant eu de la chance que les bitcoins aient atteint des sommets. Et comme Bill Gates ayant eu la chance d’avoir été dans la première école en Amérique à initier les enfants aux ordinateurs.

Je travaille comme spécialiste des médias sociaux et je pense avoir du talent. Je suis sûr d'être persévérant. Alors pourquoi n’ai-je pas encore réussi? Parce que je n'ai pas d’impulsion. J'ai grandi avec une Game Boy Color au lieu d'avoir un smartphone dans ma main. Facebook n’a pris de l’importance qu’à mes 19 ans. Trop tard pour moi. Le Bill Gates des médias sociaux que je pensais être, ne se produira pas.

gameboys

Qu'est-ce que le succès?

Au final, est-ce si grave? Quand j'ai lu à propos de Bill Gates, Steve Jobs et tous ces autres, j'ai découvert qu’ils ne vivaient que pour travailler. Ce n’était pas 40 heures par semaine mais bien 80. Ils ont tout donné pour construire leur carrière.

Bien sûr, leur job était leur passion. Mais ils étaient déjà des bourreaux de travail à l'âge de dix-huit ans. Et une fois entré dans ce cercle vicieux, il est difficile d’en sortir, de s’asseoir un moment et de profiter de ce que la vie nous offre. Car pour réussir, il faut travailler toujours plus. Souhaitez-vous réellement cette vie ?

Pas moi. Certes, je veux avoir une belle carrière et je ferai de mon mieux pour cela. Mais avoir une belle vie est tout aussi important, si ce n'est davantage. Vous devez travailler pour vivre, pas l'inverse.

Le succès est subjectif. Mon bonheur est d’avoir grandi dans une famille où je n’ai jamais eu l’impression de manquer de quelque chose. J'aime passer mes 10 000 heures de temps libre avec des amis, à pratiquer des loisirs et autres choses qui me rendent heureux.

Le livre Outliers m'a offert une nouvelle perspective du succès, mais j'ai décidé que mon succès personnel était d'investir du temps dans ce que je pense être important et ce qui me rend heureuse.

livre-outliers 

Curieux de lire ce livre? Le voici.

Sander Post est coordinateur des médias sociaux à YoungCapital, mais se concentre également maintenant sur l’écriture. Vous souhaitez lire plus de ce que rédige Sander? Jetez également un coup d'œil à son autre article: Moins je m’en soucis, et plus je profite de ma vie.



 

 

 

 

 

 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à poster un commentaire


Postez votre commentaire