Classe préparatoire ou Université ?

Par Pauline Mielczarek le 23-03-2016 0 commentaires | 361 vues

Au lycée nous devons non seulement préparer ce grand méchant bac mais également choisir ce que nous voudrons faire pendant les 2 ou 3 prochaines années. Bien entendu, avant toute chose vous devez savoir que vous avez le droit de vous tromper au début de vos études supérieures et beaucoup d’étudiants changent de cursus en cours d’année ou à la fin de celle-ci. Dans mon cas, voulant faire une école de journalisme, j’hésitais entre une licence Information et Communication et une Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles (CPGE) littéraire. J’avais en plus la chance d’avoir, dans mon établissement, une classe de prépa qui pouvait me renseigner au maximum.

Classes préparatoires aux grandes écoles :

• Ce qui ressort le plus lorsque l’on parle de Prépa, qu’elle soit littéraire ou non, c’est qu’il faut travailler ! En effet, L’emploi du temps est souvent assez chargé et le travail demandé par les professeurs est souvent considérable. Il ne faut pas aller en prépa si l’on n’est pas motivé. Cependant, si l’on a besoin d’être encadré la prépa sera un très bon choix car les professeurs seront constamment sur votre dos.
• La pression est aussi souvent très forte et il faut donc savoir la gérer. La dose de travail est très importante et souvent les professeurs essaieront de vous pousser au bout de vos compétences. Si vous n’êtes pas habitués ou si vous avez du mal à encaisser les remarques, cela sera donc compliqué.
• Cependant vos deux années de prépa vous donneront une grande culture générale qui ne vous sera que bénéfique pour vos concours. De plus, les prépas ayant pour but de vous préparer aux concours, vous aurez une grande approche méthodologique de ceux-ci alors qu’à l’université vous devrez préparer vos concours seul(e) en dehors des cours. 

Université :
• L’emploi du temps est plus libre qu’en CPGE. De plus, personne ne vous mettra le couteau sous la gorge pour aller en cours. Cependant il est très fortement conseillé d’assister à tous les cours magistraux (CM) et travaux dirigés (TD).
• Il faudra fournir plus de travail personnel. Et par « personnel » j’entends que vous devrez travailler sans que personne ne vous le demande, faire des recherches, réviser etc. Souvent, vous n’aurez pas plus d’un voire deux contrôles maximum en dehors de vos partiels de fin de semestre. Vous n’aurez donc pas beaucoup d’occasions de revoir vos cours, il est alors conseillé de réviser assez régulièrement.
• Qui plus est, vous n’aurez pas les même cours tout au long de l’année voire du semestre. Personnellement, je trouve que ce changement est très intéressant car si, par exemple, il y a un cours qui ne nous plait pas, on peut se dire qu’on ne l’aura pas constamment. Alors qu’en prépa, si vous n’aimez pas avoir philo le lundi à 8h, malheureusement, toute l’année vous aurez philo le lundi à 8h. De plus, alors qu’en prépa les cours sont plutôt généraux, à l’université vous choisissez un cursus assez spécialisé.
• La vie étudiante est, comme tout le monde le sait, très dynamique. Encore une fois, personne ne pourra vous empêcher de sortir tous les soirs jusqu’à pas d’heure et vous pourrez le faire (j’avoue que ce n’est tout de même pas conseillé). Cependant, une sortie de temps en temps lorsque l’on commence tard le lendemain ou que l’on n’a pas cours n’a jamais tué personne et permet de se changer les idées.
• Dans la vie étudiante il n’y a, bien entendu, pas que les sorties en boites de nuit ou autres bars. Souvent des tarifs étudiants sont disponibles au cinéma ou dans les musées par exemple. De plus, l’université propose un grand panel d’activités sportives ou culturelles pour pas grand-chose. Vous pourrez donc vous enrichir culturellement, rencontrer d’autres personnes, vous détendre, etc.
• Ce qui me tient particulièrement à cœur également ce sont les différentes possibilités d’études à l’étranger. En effet, je trouve très enrichissant de pouvoir effectuer un ou deux semestre(s) dans un autre pays. De plus, dans le monde du travail, ce genre de chose est très bien vu et peut constituer un gros plus sur un CV.
• Enfin, à la fac vous devrez être indépendant. Aussi bien, comme nous l‘avons vu, pour vos études mais également pour vous faire à manger, faire le ménage dans votre chambre, vos courses etc.  

Pour conclure, je dirais que le choix n’appartient qu’à vous mais j’espère au moins que cet article vous aura aidé à vous faire votre propre idée. En ce qui me concerne, j’ai finalement choisi l’université car je suis plutôt indépendante et d’un naturel très méthodique et stressé, je n’avais donc pas besoin d’être encadrée. De plus, je voulais intégrer une licence d’Information et de Communication qui, je pense, est plus spécialisée pour le journalisme et effectuer ma dernière année de licence à l’étranger où je pourrai améliorer mon anglais.

Pauline Mielczarek

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à poster un commentaire

Postez votre commentaire