Année d’échange universitaire : comment s’intégrer au pays des Kardashian

Par Caroline AUTHIER le 15-09-2016 0 commentaires | 629 vues

Départ imminent pour votre propre « rêve américain » ? Voici quelques conseils pour faire de cette année de « fac » une des meilleures expériences de votre vie.

Lorsque vous préparez votre voyage, déjà, vous êtes stressé(e) à l’idée de partir si loin, mais en même temps, vous attendez le grand jour avec impatience. Les courses à faire, le choix des vêtements et accessoires, les démarches administratives interminables, les invit’ à votre pot de départ… Tout se passe à une telle vitesse que vous en oubliez l’essentiel : qu’avez-vous fait de votre passeport ? Eh oui, au pays des ‘ricains, il vous faut ce petit bijou pour passer les portes de la country et du contouring.   

année universitaire USA


Arrivée en terres inconnues

Habitant sur le campus ou dans ses alentours, vous voulez mettre le paquet dès le premier jour : vous êtes français(e) et vous allez leur montrer que vous n’êtes pas là pour passer inaperçu(e). Que la fashion week commence !   

Sauf que, lorsqu’on vient du pays de Coco Chanel et qu’on arrive tout droit dans le Jersey Shore, vos habits de tous les jours passent pour des tenues de Red Carpet. Les gens s’habillent plus que simplement, bermuda et t-shirt de la fac avec tongs (la vie sous le soleil de Californie…) pour les garçons, chemises à carreaux avec short en jean et Chuck blanches pour les filles. Jour d’exams, c’est pyjama et chaussons pour tout le monde !

Adaptez-vous au sens (ou plutôt sans) du style de votre pays d’accueil et foncez au magasin de l’université pour afficher votre plus beau marcel à l’effigie de l’équipe de foot.

Premières soirées fraté !

Les films et séries télé vous ont formaté(e)s à ces grosses soirées où l’alcool coule à flots, où les filles à moitié nues se ruent sur vous et twerkent les mains posées au sol sur un fond de Justin Bieber ou Drake, en n’oubliant pas les « grecs » qui organisent tout et sont les dieux du campus. Vous avez vu juste mais pas dans le mille. En effet, il est facile pour vous les filles de rentrer dans une soirée, seule ou accompagnée de votre #squad. Mais il est beaucoup moins évident pour vous, les gars, de rentrer dans ces clubs privés que sont les fraternités. Les « bros » n’aiment pas la concurrence et font en sorte que leurs proies ne puissent se retrouver entre les pattes d’un autre mal(e). Ils vont s’inviter de « frat à frat », mais ne penseront pas à faire goûter ce fruit défendu au commun des mortels. Car, contrairement aux dires des producteurs des niaiseries hollywoodiennes que j’adore, c’est un système bien plus règlementé et complexe qu’il n’y paraît.

Un petit conseil, essayez de vous faire un maximum d’amis en cours, ils pourront vous ouvrir certaines portes inaccessibles. N’hésitez surtout pas à utiliser votre carte maîtresse, votre French accent, qui vous aidera à briser ces barrières de timidité. Mais ne vous prenez pas la tête, les américains sont très ouverts et amicaux


année universitaire USA

« International Love »

Une des meilleures choses que vous puissiez développer aux Etats-Unis est sûrement l’amitié des étudiants internationaux en plus de celle des locaux. Parce que non, vous n’êtes pas seul(e) à avoir débarqué dans ce nouvel environnement. Il est plus que probable que des clubs soient ouverts aux élèves venant d’étranges contrées comme l’Allemagne, la Corée, l’Australie ou bien la France. Il est primordial que vous trouviez ces gens qui pourraient vous sauver de cette déprime naissante due à un mal du pays qui a tendance à s’installer plus profondément dans votre esprit chaque jour, eux seuls pouvant comprendre ce que vous vivez.

Ils ne seront pas seulement là pour vous tirer des abîmes de votre solitude, mais également pour vous accompagner dans vos aventures et explorations de ce nouveau pays qui vous est certainement inconnu.   

année universitaire USA

Le petit plus de ce groupe est qu’il sera plus ou moins sans limites, et sera prêt à tout (ou presque) pour vivre, comme vous, une des meilleures expériences de leur vie !


Et surtout, n’oubliez pas de profiter : #YOLO !


A lire aussi :

Tentez l’aventure « Working Holiday Visa »

Pourquoi réaliser son stage dans un pays émergent ou en voie de développement ?

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à poster un commentaire

Postez votre commentaire